Mardi : grève à nouveau et quand je pensais prendre du temps pour écrire quelques jérémiades dans cet espace qui m'est dédiée (pas encore de statue de couler ou alors à 20 000 lieues sous la mer !), celui - ci s'est révélé public au possible puisque en grève : une gréve blanche parsemée de quelques lignes noires me parlant d'inaccessible, d'essayer une prochaine fois, bref RER : rien à écrire, revenez !

J'avais, en effet, quelques heures à tuer (dans le salon, avec l'ordinateur - Le Colonel Moutarde n'étant impliqué que par le fait qu'elle me soit montés au nez...la moutarde...quand je me suis vu refusé le lieu du crime) parce que quelques profs, soigneusement pris au hasard mais malencontreusement ceux qui devaient ce jour délivrer leur savoir à mes enfants, avaient décidé de manifester contre la suppression des postes de télévision aux personnes âgées dont la pension infime ne leur permet plus de garder ce loisir devenu dispendieux ...je pense me tromper de manifestation mais celle - là deviendra actuelle un jour. L'Ecole ou le collège ne fermait pas ses portes et j'aurais pu leur laisser la charge de mes anges, qui se chamaillent plus que Lisa et Bart Simpson, sous leur autorité, mais j'ai eu pitié de leurs coups de pieds dans les portes, de leurs déclarations de haine si j'osais ne pas prendre un congé pour passer une douce journée en famille....

Bon, maintenant je suis sûre que la télévision fait partie de la famille car elle a eu droit à plus d'attention que moi et voilà pourquoi je me suis retrouvée, oisive, à tourner en rond parce que, pour mieux me consacrer à mes deux ainés que je pensais négligés j'avais laissé Marcus à la nourrice. Mais je fus la négligée (dans tous les sens du terme car ne devant pas aller au travail, je n'ai pas pris la peine de coordonner mes vêtements, ce que, mes collègues de bureau pourraient le confirmer, je ne fais jamais....) et ai tenté de chercher du réconfort dans la contemplation de mon image (non le soleil ne tape pas sur mon écran et je ne vois pas mon reflet dedans....c'est une image ! d'ailleurs vous en voyez beaucoup de soleil en ce moment ? ..Misère, je ne demande que du temps pour moi, et quand j'en dispose, je ne me souviens de ce que je voulais en faire que quand il s'est écoulé !).

Pour essayer de reprendre la première place dans le coeur de mes enfants si oublieux et si changeants (ma fille a du changer 18 fois de meilleure amie depuis le début de l'année : elles sont 4 à se disputer le titre et pas une encore n'a tenu le challenge plus d'une semaine....son amoureux a plus de chance, puisqu'il tient le créneau depuis la maternelle, même si, quand je lui ai demandé ce qui se passerait s'il en choisissait une autre, elle m'a répondu que ce n'était pas grave puisqu'elle en avait un autre sur la touche...en réserve quoi ! le pis aller et sans retour ! Je suis donc quand même mieux lotie car la seule maman dont elle dispose....elle aurait peut être une belle - maman (quel terme fantasmagorique !) mais encore faudrait il que son père se manifeste....il est en grève de paternité !), j'ai sorti le mot magique qui les transforme, de loques vautréées sur des canapés retraçant l'histoire de tout ce qui aurait pu traverser leur estomac mais a achoppé dans les plis d'une housse qui ne se protège même plus du ridicule, en ressorts dont le canapé ne se rappelle même plus l'existence, même dans ses plus lointaines archives : Quick ! Et nous voilà partis pour manger trop gras, trop salé(surtout la note quand on pense qu'à peine rentrés, mon fils m'a réclamé à manger), trop sucré (des cadeaux que j'ai du réclamer à la caisse alors que je les ai payé....génial l'idée des cadeaux payants !..hélas repris partout !....et que Hippolyte a boudé parce qu'un sac à main, quoiqu'en dise une mode qui se fait à coup de lance people, ça fait pas trop mec...Est ce que j'ai vu Georges Clooney avec un sac à mains?... Est ce que j'ai vu Georges Clooney tout court ?)

Super donc la grève pour se retrouver en famille (sans la présence chahuteuse d'un Marcus m'obligeant à me cogner contre tous les coins de table afin d'essayer de l'agripper alors qu'il zizague pour quéter toutes les miettes de frites pouvant s'échapper de magics boxs) ! Sauf que dans la grève de l'Education Nationale, le plus génant, ce n'était point l'absence des maîtres (qui en profitent ... peut être pour que leurs élèves ne les oublient pas, au cas où le gamin fasse une crise de croissance et atteigne ses 16 ans et ne souhaite plus reconduire le contrat scolaire...pour leur servir une grande louche de devoirs qui justement aurait pu faire patienter ma fille jusqu'à ses 16 ans...vu leurs longueurs et donc j'avoue que mes enfants n'ont pas passé toute leur journée devant le petit écran, mais une bonne partie à résoudre de terribles problèmes de multiplication par 2...je sens que ma fille aura de grosses difficultés en maths ! ), mais l'absence de cantine. Et nous nous sommes retrouvés encerclés de collégiens affamés, généreusement dotés par leurs parents pour qu'ils puissent se rassasier dans ce haut lieu gaspillononique à défaut d'être gastronomique. Trés rapidement servis après 20 mn d'attente, rafraichis par une chaleur à crever, nous nous sommes attablés pour déguster notre menu menu puis je suis restée attablée pendant que les enfants jouaient, puis désattablée pendant que les enfants se chamailler, puis je me suis réattablée pendant que les enfants se chamailler mais moins fortement, puis je me mésattablée pour leur dire qu'on s'en allait vu qu'ils étaient incapables de s'entendre......Ah, une belle sortie en famille, n'est ce pas !