J'ai voté Mélenchon au premier tour et j'ai honte !

Honte parce que j'ai renié mes valeurs pour un type rempli d'amertume au lieu de se féliciter que des citoyens qui ne soutiennent pas ce qu'il représente lui ont donné leur voix pour contrer le front national et sa politique xénophobe, réactionnaire et sexiste. Mais cet homme blanc sexagénaire incapable de comprendre ce qui l'a soulevé déclare que sa personne est plus importante que la lutte pour l'égalité, la liberté citoyenne et l'honneur, au motif de quoi ? de se vendre au capitalisme ! Il vaudrait mieux un fachisme qu'un banquier ! défendre ses acquis sociaux que ses acquis sociétaux ! laisser les réfugiés crever sur notre sol que prendre sa retraite à 65 ans ! Je voulais voter Hamon, mais j'ai eu peur. On peut tellement gouverner les esprits grâce à la peur !!!!

Les soutiens de Mélenchon déclarent : laissons la blonde prendre le pouvoir, qu'elle s'y casse les dents ! Hitler s'est-il cassé les dents quand il a pris les rènes de l'Allemagne. Les pouvoirs régaliens de l'Etat ne sont-ils pas l'armée, la police, la Justice, tout ce qui peut détruire une foule qui ose se rebeller contre un président rétrograde. (la commune de Paris vous connaissez ?)

Choisir la France : les seuls qui choisissent la France, ce sont les immigrés ! Les autres, ils se sont "contenter d'y naître". Privilégier le droit du sang au droit du sol, c'est l'ouverture à une france à degrés divers de pureté. Je m'en fiche de travailler plus, moins payé...du moment que je peux me regarder en face et continuer de dénoncer l'intolérable. Et là, je regrette d'avoir failli dans mes convictions pour un cultivateur de personnalité.

J'ai connu le chomage, les pâtes à tous les repas, mais surtout l'humiliation lorsqu'une dame de la Caf m'a répondu lorsque je suis venue demander pourquoi mes allocations avaient baissé : "estimez-vous heureuse de toucher quelque chose alors que vous ne faites rien" !!!. Alors que dire de l'humiliation : estimez-vous heureux d'être accueilli en France, vous ne voudriez pas en plus qu'on vous donne des droits"..

Faisons de la France une prison, où il sera dur d'y entrer, mais également d'en sortir ! (la fin de l'espace schengen, c'est le retour des visas...et le fin de l'euro celui des taux de change, si enrichissants pour le système bancaire qu'on est censé combattre...)

J'ai connu le droit à avorter et celui d'écourter mon congé maternité pour reprendre la vie en société. Et voilà qu'il faut se confronter au retour de la pire image de la femme qu'il se peut : une pauvre chose incapable de se défendre contre la menace islamiste, qui devrait se réfugier dans la chaleur de son foyer, qu'il faut sortir de la précarité mais pas élever au dessus de sa condition ; une pauvre petite créature qui se pose sur le bord d'un bureau, le regard vague , la gambette à l'air ...

Luttons contre la mondialisation pour favoriser le déterminisme social : un ouvrier doit rester ouvrier (la sélection aux universités doit être rétablie et l'apprentissage rendue possible à 14 ans), 80 euros pour les pauvres, un patrimoine enrichi pour les riches, un français doit parler, manger, réfléchir français (bwana) et le référendum doit être la base du pouvoir : nous saurons poser les bonnes questions au peuple !

Je me suis compromise une fois pour un con, je saurais le refaire pour le moins pire... Mais je ne veux plus avoir peur.