IMG_7099[1]

Super, ce serait la fin de l'invasion des chats

30 décembre 2017

Mario Belli

Internet, quelle calamité ! dit-elle en s'inscrustant sur son blog. Pasons sur les commentaires injurieux sous prétexte d'apporter sa contribution à l'impunité anonymesque, contrepassons sur les forums où les mêmes questions sont posées sans cesse alrs qu'il suffirait soit de remonter le fil, soit de demander à son médecin qui, à force de se renseigner sur vidal.com prescrit de l'opium à une patiente n'ayant plus de vésicule biliaire (ce qui ne se fait pas apparemment, mais je n'ai pas eu mon dipôme sur http//:carriereassurée.net),... [Lire la suite]
Posté par baboulitche à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 janvier 2016

Peut-on pleurer de tout

Hier, alors que tant de gens se réjouissaient de finir cette maudite année 2015 et d'ouvrir une nouvelle page de violence et de peur, je pleurais. Je pleurais non pas parce que dorénavant je faisais mes courses avec la peur de voir surgir un forcené m'obligeant à acheter 3 articles pour le prix de deux alors qu'un seul pack de 16 yaourts me suffit amplement. Je pleurais parce que j'apprenais la mort d'un gamin de 16 ans, d'à peine deux mois de plus que ma fille ; mort en percutant une voiture, ayant perdu le contrôle de sa mobylette.... [Lire la suite]
04 mars 2015

Tatoue faux

  Je viens de comprendre pourquoi Sisyphe ne peut s'empêcher de pousser son rocher (et pourquoi ma machine à laver faisait un bruit à déranger les résidents du cimetière voisin), au lieu de se dire à quoi bon, de s'asseoir et d'attendre que le rocher l'écrase (au lieu de se contenter de déborder ou de mousser ou tant d'autres incidents qui émaillent comiquement une vie écrasante) : parce qu'après ce n'est pas un, mais deux, trois, quatre, tout un tas de rochers qu'il doit pousser, parce qu'il doit se rendre à l'évidence :... [Lire la suite]
23 septembre 2014

la moue courtoise

Suite à la visite impromptue de ma belle-mère dans ma voiture (voir billet infra plutôt rouge que vert), j'ai eu l'occasion (même si je l'ai acheté neuve) d'apprécier la courtoisie et de mon garagiste et du carrossier. Je crains surtout d'avoir découvert un aspect malsain de ma personnalité : j'ai tendance à préférer le confort et la modernité au danger sur roulette. Mon garagiste me suit depuis que je suis petite conductrice (surnommée "la naine" par ceux à qui je laisse l'insigne honneur de partager le volant et divers postillons... [Lire la suite]
25 juillet 2014

Le degré O de la conversation

Ce qui est surprenant lorsque vous disposez d'un nouveau-né, outre le fait que ses mollets soient si minces qu'on pourrait les perdre dans une botte de foin (congélateur de la pauvre paysanne en déni de grossesse ?), qu'il se laisse faire des mamours sans en paraître le moins du monde géné (ni manifester le moindre plaisir), c'est votre niveau de conversation. Vous êtes en train de changer (pour la 8ème fois de suite parce que le bébé sait pousser, mais pas tout à la fois, pour vous donner le temps de tester la fiabilité de la couche... [Lire la suite]
16 septembre 2013

Porter un oeillet à la moutonnière

Parfois, il arrive que votre tête s’échappe de votre raison et se mette à beugler  « Donnez moi l’envie d’avoir envie ». Non pas qu’ainsi elle avoue, enfin, après des années de révulsion face aux blousons en cuir doublés fausse fourrure, qu’elle savoure le réchauffé braillard, non pas qu’elle se sente si blasée par le succès et l’overdose de sollicitations qu’elle implore qu’il lui soit encore permis de s’extasier devant un mannequin taille Arena, mais plutôt parce qu’elle  s’enfonce dans le nihilisme, le... [Lire la suite]

21 juillet 2013

Mon assouplissant est lessivé

Depuis un mois, je lave mon linge avec de l'assouplissant, non pas pour le rendre moins rèche ou plus doux, mais parce que je croyais que c'était de la lessive. Je ne m'en suis rendue compte qu'hier, en cédant aux sirènes des publicitaires qui étalent toute leur poésie sur un bidon d'un litre d'essence pure d'harmonie florale. Etais-je en manque de lecture (je venais pourtant de finir "les mystères d'Udolphe" où j'avais frissonner devant les mystères mais frémis devant l'histoire d'amour), ma machine à laver était-elle parvenue à... [Lire la suite]
20 janvier 2013

Passage à vide

Parfois, malgré les tentatives pour toujours conserver le sourire délicat maquillé sur votre visage de clown à mourir de rire, malgré les efforts pour toujours regarder le côté positif des choses éphèméres qui défilent sans cesse sur votre théâtre d'humour, malgré les blagues au stock toujours renouvelé pour vous gondoler afin de garder la tête hors de l'eau, vos lèvres se retournent et les larmes jaillissent. Vous ne savez pas toujours pourquoi vous pleurez, les mots et les maux se troublent, se percutent, se trahissent.... [Lire la suite]
04 novembre 2012

Pourquoi internet me fait peur

Pourquoi internet me fait peur ? 1) Parce qu'il y a quelqu'un qui s'amuse à m'apporter des mises à jour régulièrement alors que je suis très satisfaite de mon peu de performance. Il peut pas arrêter de fouiller dans mes circuits ! Surtout quand il me menace d'un compte à rebours : attention si vous n'agissez pas, héroïquement, en reportant mon système de modernisation ultra-sensible, dans 13 minutes 45 secondes (et vas-y fais couler la sueur froide) votre ordinateur redémarrera et votre sécurité sera renforcée. Mais... [Lire la suite]
05 juillet 2012

Parce qu'il faut bien commencer pour moins mal finir

Le plus difficile est de commencer. Ce n'est pas tant la peur de noircir une page si blanche qu'elle brille au point de croire qu'elle est hantée par M. Propre et de laisser errer dans les limbes floues et peu sures de la toile internétienne des pensées dont on pourrait regretter la concrétisation (si c'était cela, pourquoi tant de discours sur les avantages comparatifs de la logorrhée marclévysienne et du mutisme socratique, sachant que c'est celui qui ne dit rien qui peut permettre aux autres de s'exprimer plus), c'est de... [Lire la suite]